L'un se retire, l'autre arrive

Le 1er février 2008, l'orgue Merklin qui occupait la chapelle de gauche du chœur de l'église Saint-Thibaut a été démonté par M. Maciet, organier.
Bien que cela se soit fait dans la plus stricte intimité, l'émotion était bien là. Cet instrument, faut-il le rappeler, a accompagné les offices dominicaux, ainsi que les fêtes carillonnées, les mariages et les obsèques depuis 1965. Il a même assuré plusieurs concerts en compagnie de cuivres, de cordes, de chœurs et en soliste. Eh si ! Notamment avec Susan Landale. Comme quoi, l'humilité peut rendre de grands services et procurer de belles joies…
Voici quelques vues de cet événement, qui n'en fut pas un.
Adieu,vieil ami, ou plutôt, bonne continuation ! En effet, tu es attendu à Équevilly… de pied ferme.

 

L'orgue Merklin, tel qu'il était placé à Saint-Thibaut.
 
Les tuyaux de montre sont déposés précautionneusement.
 

Après la dépose de la Montre, la claustra est démontée.
C'est plus rapide à défaire qu'à construire !


Et arriva le mois de mars 2008.
Dès le troisième jour, un grand chantier s'installa dans l'église du Pecq. Le nouvel orgue, après quelques finitions apportées à l'édifice lui-même, fait son apparition dans ce qui deviendra bientôt son domaine, Saint-Thibaut. Déjà, il est fier, lançant son ossature à 8,60 m de haut sous la flèche du sanctuaire. Mais bientôt, quand l'harmoniste lui aura donné sa voix, il devra se donner au service du culte et de la musique (avec un grand M ?).

 

Oui, oui, et comment est-il cet orgue ? Jugez plutôt sur pièces :

 

 


Vue générale du chantier dans l'église Saint-Thibaut le 05 mars 2008.

État d'avancement au matin du troisième jour de montage.

Pour l'instant, le squelette de l'orgue mobilise les charpentiers.

À l'intérieur, l'abrégé est disposé horizontalement.

Vue sur la tringlerie.

Le demi-buffet de gauche abritera les tuyaux du clavier de Pédale.

L'orgue Kern en construction, vu de la nef.

Et, magie du travail du facteur d'orgue, dix jours plus tard.
L'orgue en situation.