On en parle

L'église Saint-Thibaut a enfin son orgue

Sébastien Lernould | 03.05.200
 
A PEINE entré dans l'église Saint-Thibaut, le regard se porte forcément sur lui, l'orgue de 8,60 m de haut érigé depuis peu derrière l'autel. Demain à 11 h 15, Mgr Eric Aumonier, évêque de Versailles, viendra bénir l'instrument flambant neuf dans ce lieu de culte bâti dans les années 1960, à cheval sur Marly-le-Roi et Le Pecq. Plusieurs concerts seront donnés à partir de 17 heures.

Un événement que les paroissiens attendent depuis treize ans. « C'est parti d'un défi. En 1995, nous avions en dépôt l'orgue de l'église du vieux Marly. Le curé de l'époque nous avait dit qu'il serait bien d'en avoir un approprié à l'édifice », se remémore Daniel Carissimo, trésorier de l'association des Amis des orgues de Saint-Thibaut (AOST). Il n'en faut pas plus à lui et une poignée de fidèles pour créer l'association afin de doter l'église d'un orgue à sa mesure.

Il aura fallu près de dix ans pour monter le dossier, trouver des partenaires et des subventions. Car un orgue de cette facture coûte cher : 409 000 € . La somme est financée à 85 % par la commune, le département, la région, le ministère de la Culture et l'association diocésaine de Versailles. « Le reste provient de dons et des quêtes après les concerts que nous organisons », précise Daniel Carissimo.

« Deux buffets, c'est exceptionnel »

Choisi parmi 14 candidats européens, Daniel Kern, installé à Strasbourg, a mis deux ans à concevoir cet instrument en deux parties, installé de part et d'autre de la colonne de vitraux. « Deux buffets, c'est exceptionnel. Mais le cahier des charges précisait qu'il fallait préserver la verrière centrale. Au niveau des courbes, j'ai repris les motifs des vitraux », précise le facteur d'orgue, réputé jusqu'au Japon.

Constitué de 1 500 tuyaux, capable de sortir 23 sonorités différentes, l'instrument s'insère sous la voûte. Ses formes arrondies répondent au style moderne de l'édifice. « C'est un orgue différent des autres de la région, romantiques ou néoclassiques. Avec celui-ci, il est possible de jouer de la musique baroque », précise Patrice Launay, organiste. C'est lui qui aura le privilège de débuter le concert demain, en interprétant des oeuvres musicales françaises du XVIII e siècle. Concert gratuit à partir de 17 heures de Marie-Claire Alain, Eric Bottier, Susan Landale et Patrice Launay.
 

Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique YVELINES