Un orgue "bien tempéré"

Pourquoi "tempérer" (ce qui veut bien dire "adoucir", "modérer") l'accord d'un orgue ? C'est que, sur un instrument à sons fixes, le principe d'accord d'une octave par le cycle des quintes, tel qu'admis dans la musique occidentale, aboutit à un paradoxe : cela ne tombe pas juste. La dernière quinte déborde l'octave. La difficulté réside donc dans le fait de faire rentrer ce "trop plein" dans la bonne mesure sans créer un déséquilibre harmonique. La solution moderne est arithmétique (c'est-à-dire qu'elle ne tient pas compte des lois physiques de l'acoustique), elle consiste à diviser l'octave en 12 demi-tons absolument égaux. On appelle cela le tempérament égal, ou gamme tempérée. On ne peut pas faire plus logique. Ni plus arbitraire. Si, d'un point de vue musical, cette égalité mathématique sert parfaitement l'enharmonie (dièse = bémol) et, par suite, autorise toutes les modulations, elle anéantit toute notion de couleur, puisque toutes le gammes sont tonales et strictement équivalentes.

Au cours des siècles, les musiciens et les physiciens ont tenté d'imposer d'autres solutions, qui ont leur(s) raison(s). Et elles sont parfois tout à fait justifiées, sinon bien meilleures que notre gamme égale.

Vous allez voir que notre orgue ne manque pas de… tempérament !

COMPTE RENDU DES TRAVAUX SUR L'ORGUE KERN DE SAINT-THIBAUT

Le nouvel orgue construit en 2008 dans l'église de Saint-Thibaut au Pecq (78) par la Manufacture des orgues Kern de Strasbourg (67) avait été harmonisé selon le tempérament inégal de Kellner revu par Jürgen Ahrend. Celui-ci présentait le défaut de comporter des tonalités par trop "dures" pour correspondre à un usage en paroisse. De même, ce tempérament obligeait de limiter le répertoire qu'on pouvait y interpréter, en particulier lors de concerts.

L'association des Amis des orgues de Saint-Thibaut (AOST) a entrepris dès 2012 une réflexion pour pallier ce défaut. Ce fut l'occasion d'élargir le propos à la pertinence des jeux, ainsi qu'à l'équilibre général de l'instrument.

Avec le facteur d'orgues Daniel Kern, notamment pour les questions de faisabilité, les organistes, dont Susan Landale, Jean-Paul Imbert, Pierre Farago, Michel Klaeylé et Patrice Launay ont ainsi choisi
le tempérament, plus consensuel, de Neidhardt III dit "für eine große Stadt" (1724). Ce dernier permet de circuler dans les vingt-quatre tonalités classiques, donc de transposer dans tous les tons, tout en gardant une légère coloration. Celle-ci par les tensions et détentes qu'elle introduit dans les échelles harmoniques anime le discours musical de pleins et déliés. Dans cet esprit, l'équilibre spectral de l'orgue a également été revu afin de le faire correspondre à une courbe vocale.

Les travaux de ces modifications se sont déroulés du 22 au 27 avril 2013. Ils ont porté principalement sur le changement de tempérament, mais aussi sur diverses opérations visant à améliorer la cohérence musicale.

  • Le tempérament de Neidhardt a été approuvé in situ après que M. Kern avait harmonisé la Flûte 8 du Grand-Orgue selon la nouvelle partition. Après quoi, il a pu établir l'accordage du Principal 4 sur lequel le reste de l'orgue fut harmonisé. Ce travail a porté sur l'ensemble des quelque 1 500 tuyaux de l'instrument.
  • Parallèlement, le Tremulant, à notre demande, a été adouci, gagnant ainsi en grâce.
  • Le jeu de Sesquialtera II du Positif posait problème. Nous voulions amender quelque peu son côté criard. Sur une idée de Michel Klaeylé, il est décidé de n'en faire chanter que la Tierce 1 3/5 en bouchant les tuyaux de Quinte. Mais ladite Tierce se montrait trop percutante pour être conservée en l'état. Les harmonistes ont alors entrepris un travail remarquable afin d'en arrondir la sonorité. Le résultat est plus que convaincant et apporte une solution élégante au problème que posait la Sesquialtera. Le Positif comporte désormais une Terz (Tierce de Principal) qui peut entrer dans la composition de toutes sortes de combinaisons, y compris dans celle d'un Cornet capable de dialoguer avec celui du Grand-Orgue.
  • Avant d'équilibrer l'harmonie de l'ensemble, on a donné au Principal 8, jeu de base de l'orgue, une pente ascendante plus marquée, dans le dessein de le rendre plus chantant.
  • Enfin, l'accord général a été réalisé.

Patrice Launay, titulaire de l'orgue Saint-Thibaut

Notions d'acoustique

Le son, quel phénomène complexe ! Et, quand on parle de musique, tout se complique.

Le tempérament de Kellner

Parmi les tempéraments inégaux, on décrit celui de Kellner qui tente de se rapprocher du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.